Des solutions à l’insécurité linguistique?

Image hero
31 mai 2017
par Francosphère

De nombreux francophones, jeunes et adultes, éprouvent une certaine gêne à parler leur langue maternelle parce qu’ils pensent ne pas bien la parler ou qu’elle est inférieure à l’anglais. Cette insécurité linguistique constitue un frein important au développement d’un rapport positif à la langue française. Facteur d’assimilation, le phénomène est devenu un véritable enjeu identitaire, tant dans les écoles que dans la vie de tous les jours.

Dans un article de fond du magazine Frenquêtes (voir aussi le résumé), le professeur Yves Cormier relève des éléments ayant un impact négatif important sur l’aisance des francophones à s’exprimer dans leur langue maternelle. D’une part, la domination de la langue anglaise, associée à un prestige socio-économique. D’autre part, un français dévalorisé par sa propre communauté. La solution : un plan d’aménagement linguistique efficace. M. Cormier propose aussi une politique d’intégration des canadianismes ainsi qu’une « norme fonctionnelle » à la communauté francophone, laquelle utiliserait les nombreuses variétés de français au Canada.

Certes, les langues sont constamment en mouvance. Mais est-il possible d’enrayer complètement le sentiment d’insécurité linguistique? Certains éléments permettent « une plus grande assurance dans la libre et fière expression de la langue », note M. Cormier.

L’auteur du réputé Dictionnaire du français acadien propose une réflexion très intéressante sur l’évolution de la langue de Molière et ses défis actuels, accompagnée d’une pertinente mise en contexte.

La francosphère en action

Inspirer. Informer. Donner tout plein d’idées. Notre blogue met en valeur les meilleures pratiques en matière de construction identitaire pour alimenter la francosphère.