Suggestions de lecture de la SNF 2021

0 à 5 ans

Lili macaroni: Je suis comme je suis !

Nicole Testa & Annie Boulanger – éditions Dominique et compagnie
Suggestion de la Librairie Pantoute

Lili est unique. Elle a les cheveux roux fous de sa maman, des taches de rousseur dorées comme celles de son papa, des yeux bleuets comme mami et un rire au timbre éclatant comme celui de papi. Mais depuis la rentrée, elle n’est plus si certaine d’aimer qui elle est. Pas depuis qu’elle a découvert que son rire, ses cheveux, ses taches de rousseur ainsi que ses yeux font rire les amis. Quoi faire lorsque les moqueries deviennent trop lourdes à porter? Changer ou être fière de qui l’on est, coûte que coûte?

Pourquoi cette suggestion?
L’album de Nicole Testa, illustré par Annie Boulanger, est une graine de bienveillance qui, une fois plantée dans l’esprit des petits lecteurs, permet de récolter un supplément d’empathie. En compagnie de Lili, les jeunes lecteurs seront sensibilisés aux problématiques de l’intimidation et découvriront quelques outils pratiques pour la gestion des émotions. Parions qu’après cette lecture, ils n’auront plus qu’une seule phrase à la bouche: Je suis comme je suis et c’est très bien ainsi!

Couverture du livre Lili Macaroni

La terre à aimer

Denise Paquette – éditions Bouton D’Or Acadie
Suggestion du Centre de la francophonie des Amériques

Léa et Laurent, en visite chez leurs grands-parents, découvrent des plantes, des animaux, la terre glaise, le terreau, la terre du potager, le chemin de terre, la terre à cultiver… bref, la terre à aimer.

Pourquoi cette suggestion?
Un texte amusant, bien adapté aux tout-petits, pour leur faire découvrir et apprécier la beauté et les richesses de notre planète, sous forme de questions et réponses rimées.

Couvert du livre la terre à aimer

Un petit bonheur tout rond

Marie-Célie Agnant, illustrations de Magali Ben – éditions Bouton d’or Acadie
Suggestion du Regroupement des éditeurs franco-canadiens

Un bébé grandit et sautille dans le ventre de sa maman. Durant neuf mois, ses parents l’attendent et l’espèrent avec bonheur. Des mois d’impatience qui paraissent parfois longs, mais qui sont nécessaires à la création d’un tout nouvel être humain. Une échappée poétique dans l’aventure de la naissance.

Pourquoi cette suggestion?

Avec de belles phrases courtes et rythmées, cet album permet aux lecteurs débutants d’apprivoiser tout doucement la poésie. Les images tout en courbes créent un univers poétique magique.

Couverture du livre « Un petit bonheur tout rond »

Deux amis

Gilles Tibo – éditions La courte échelle
Suggestion du Centre de la francophonie des Amériques

Présenté à la façon d’une comptine, ce délicieux tout-carton raconte la journée de deux amis souris, du lever au coucher.

Pourquoi cette suggestion?
Des illustrations tendres et amusantes, un texte rimé et rythmé, qui plongent les enfants dans cette belle histoire d’amitié et de découverte de la vie.

Couverture du livre Deux amis

La boite aux belles choses

Christine Arbour, illustrations de Johanna Lezziero – éditions Bouton d’or Acadie
Suggestion du Regroupement des éditeurs franco-canadiens

Une grand-maman s’éteint, alors que la flore et la faune se réveillent tout autour d’une petite fille. Ce départ fait mal. La petite ne veut plus jouer avec personne. Puis le temps passe, les saisons aussi et la petite fille se construit une boite aux belles choses. La boite se remplit d’images, de moments rigolos et de regards complices, pour continuer à danser et à rire avec le souvenir de grand-maman.

Pourquoi cette suggestion?
Parce que le deuil fait partie de la vie et que cette épreuve peut frapper à tous les âges, cet album est un baume pour le cœur. Avec des images tout en douceur, une mélodie dans les mots, ce livre enveloppera petits et grands.

Module image

Africville

Shauntay Grant – éditions Bouton d’or Acadie
Suggestion du Centre de la francophonie des Amériques

À quoi ressemblait la communauté? Des maisons aux couleurs vives, logées dans la colline; des champs où les garçons jouaient au football; un étang où les enfants faisaient du rafting; la pêche en abondance; des immenses feux de joie… La jeune fille sort de sa rêverie; elle visite le parc historique actuel et le cadran solaire où le nom de son arrière-grand-mère est gravé dans la pierre, et célèbre un jour d’été aux retrouvailles annuelles d’Africville.

Pourquoi cette suggestion?
Un doux texte qui plonge dans le souvenir de la vie des habitants d’Africville, une ancienne communauté de familles canadiennes noires située à proximité d’Halifax en Nouvelle-Ecosse au XIXe siècle. Il permet de sensibiliser les jeunes à la diversité culturelle du Canada.

Couverture du livre « Africville »

6 à 8 ans

La grève des câlins

Simon Boulerice & Francis-William – éditions de la Bagnole
Suggestion de la Librairie Pantoute

La pandémie de 2020 a apporté son lot de soucis. Elle a brouillé nos repères et a installé une distance entre nous et les gens que nous aimons. Cette réalité est également celle des cinq enfants de la famille Riendeau-Regato qui doivent composer avec ces mêmes désagréments. Et si leur quotidien confiné n’est pas rose tous les jours, rien n’est plus pénible que de se priver des câlins réconfortants de leurs grands-parents.

Pourquoi cette suggestion?
Ce récit tout en simplicité et en poésie à hauteur des jeunes lecteurs permet d’expliquer les réalités d’un quotidien en temps de pandémie : l’école à la maison, les appels en vidéoconférence, la port du masque etc… Mais plus important encore, cet album nous apprend comment il est possible d’être ensemble en ces temps extraordinaires. Car même à deux mètres de distance, la tendresse reste un service essentiel.

Couverture du livre La grève des câlins

C’est quoi, un réfugié?

Elise Gravel – éditions La courte échelle
Suggestion du Centre de la francophonie des Amériques

Qui sont les réfugiés? Pourquoi doivent-ils quitter leur pays? Que viennent-ils faire chez nous? Dans cet album tout à fait d’actualité, Élise Gravel explique de manière simple et claire, ce que ça signifie d’être réfugié. Elle rappelle que toutes ces personnes déracinées sont avant tout des êtres humains comme chacun d’entre nous.

Pourquoi cette suggestion?
Un bel ouvrage pour faire comprendre notre monde actuel même aux plus jeunes et les sensibiliser à l’inclusion des différences.

Couverture du livre C'est quoi un réfugié?

Le cadeau parfait

Katherena Vermette, illustrations d’Irene Kuziw – éditions des Plaines
Suggestion du Regroupement des éditeurs franco-canadiens

Migizi adore sa gookom, sa grand-mère, et veut lui faire le cadeau parfait, celui qui témoignera de tout son amour. Il s’engage alors dans une longue quête, il pense à des boucles d’oreilles, des roses, un rôti d’orignal, un tableau, mais rien ne semble convenir pour combler celle qu’il aime tant.

Pourquoi cette suggestion?
Mettant en scène les sept enseignements des Anishinaabeg (l’amour, la sagesse, l’humilité, le courage, le respect, l’honnêteté et la vérité), cette collection des Éditions des Plaines sensibilise les jeunes aux actions concrètes que l’on peut poser dans le quotidien pour montrer aux gens qu’on les apprécie. Une histoire toute simple qui témoigne des valeurs profondes de la famille et de l’amour.

Couverture du livre Le cadeau parfait

Le yoga au cirque: pour une meilleure conscience de son corps

Caroline Lebeau, Marie-Hélène Trudeau, Geneviève Rhéaume – éditions Regard9
Suggestion du Centre de la francophonie des Amériques

Ce livre a été conçu afin de permettre à l’enfant d’avoir une meilleure conscience corporelle. Le yoga au cirque permet à l’enfant de travailler son équilibre, son endurance, sa force, sa souplesse et d’avoir un meilleur contrôle postural. De plus, Le yoga au cirque permet d’avoir un impact sur son estime de soi et la gestion de ses émotions car l’enfant développe une meilleure conscience de soi à l’aide des exercices. En général, ces exercices favorisent l’attention, la concentration et l’autonomie.

Pourquoi cette suggestion?
Un album pour initier les petits à la découverte de leur propre corps tout en s’amusant à travers mouvements et sensations visant le bien-être intérieur et les premiers pas vers une meilleure connaissance de soi pour bâtir l’estime de soi.

Couverture du livre « Le yoga au cirque »

L’éléphant Plume et le rat Bougri

Alain Raimbault – éditions Bouton d’Or Acadie
Suggestion du Centre de la francophonie des Amériques

Malgré sa timidité, l’éléphant Plume rêve de devenir un grand artiste. Encouragé par la girafe Torticoli, il se joint au chœur de la savane dans l’espoir de faire carrière dans le chant, mais sans succès. Il accepte ensuite de prêter main-forte à son nouvel ami le rat Bougri dans son spectacle de magie, dont il devient la vedette. Réussira-t-il cette fois à gagner le cœur du public?

Pourquoi cette suggestion?
Ce conte pour enfants démontre qu’il est beaucoup plus facile de surmonter les difficultés quand on peut compter sur un ami.

Couverture du livre L'éléphant PLUME et le rat BOUGRI

Artémis vole au secours de la planète

Ingrid Alesich, illustrations de Sean Winburn – éditions de La nouvelle plume
Suggestion du Regroupement des éditeurs franco-canadiens

Artémis, l’albatros, est bouleversée de voir d’énormes îles de déchets en plastique dans les océans. En volant autour de la planète, elle découvrira d’où vient le plastique meurtrier. Pendant son long voyage, elle voit que les gens et les animaux sont victimes des changements climatiques. Perspicace, elle fait le lien entre les deux problèmes et découvre de merveilleuses solutions.

Pourquoi cette suggestion?
Parce que tout le monde peut s’engager par de simples petits gestes dans la lutte contre le changement climatique, ce livre permet de sensibiliser les jeunes de manière ludique et amusante. Ils suivront avec attention et intérêt le parcours d’Artémis, l’albatros, à travers les illustrations aux couleurs vives.

Module image

9 à 12 ans

Justin et les malcommodes T.1 : la fantastique aventure en forêt

Sandra Dussault – éditions Boréal
Suggestion de la Librairie Pantoute

Justin est un petit garçon que l’on pourrait décrire comme distrait de nature. Un matin, alors qu’il est absorbé dans ses pensées, il monte par erreur dans le mauvais autobus. Autour de lui, ce ne sont pas des yeux d’enfants qui le fixent curieusement. Alors qu’il revient à lui, Justin se rend bien compte que l’autobus est rempli de personnes âgées. Paniqué, il tente de descendre mais sans succès. Malgré lui, il atterrit avec ses nouveaux compagnons du troisième âge au seul arrêt prévu : la forêt. Perdu au milieu de nulle part, sans nourriture et sans plan, Justin devra prendre les choses en main pour ramener sa joyeuse troupe de personne âgées au Bercail, c’est-à-dire à la maison de retraite.

Pourquoi cette suggestion?
Justin et les malcommodes est un roman déjanté, mettant en scène une ribambelle de personnages attachants ainsi qu’un petit héros scout aux mille et une ressources. Bourré d’humour et de moments cocasses, le texte de Sandra Dussault reste étonnamment sensible alors qu’elle décrit l’amitié naissante entre notre petit protagoniste et sa troupe du troisième âge. Abordant la thématique des relations intergénérationnelles, les aventures de Justin nous rappellent l’importance des personnes âgées dans la société.

Couverture du livre «Justin et les malcommodes T.1 : la fantastique aventure en forêt»

La vie compliquée de Léa Olivier, Tome 1 : Perdue

Catherine Gérard-Audet – éditions Les Malins
Suggestion du Centre de la francophonie des Amériques

L’existence de Léa Olivier est chamboulée lorsque ses parents lui annoncent qu’elle devra quitter son village natal pour s’installer avec eux et son grand frère Félix à Montréal. Grâce aux clavardages et aux courriels échangés avec sa « best » Marilou, son chum Thomas et ses « nouveaux amis », Léa nous raconte les hauts et les bas de son adaptation dans la grande métropole : un frère trop beau et trop populaire, des notes d’anglais plutôt médiocres, une relation à distance houleuse, une gang de nunuches qui lui causent des ennuis… Bref, La vie compliquée de Léa Olivier!

Pourquoi cette suggestion?
A travers le personnage de Léa, les jeunes lecteurs pourront naviguer dans les apprentissages et chagrins de cette jeune adolescente. Catherine Gérard-Audet offre ici un guide aux futurs adolescents afin qu’ils soient ouverts et préparés à leurs propres expériences de vie.

Couverture du livre « La vie compliquée de Léa Olivier, Tome 1 : Perdue »

Grosse frayeur pour les apprentis détectives

Claudette Boucher – éditions L’Interligne
Suggestion du Regroupement des éditeurs franco-canadiens

Nouvellement arrivée à Gatineau, Jeanne se lie d’amitié avec Lala et les jumeaux Gab et Michel. Lorsque des vols de bijoux viennent troubler la quiétude de leur quartier, cette bande d’apprentis détectives plonge dans l’enquête afin de résoudre ce mystère.

Pourquoi cette suggestion?
Inspirée de la série culte Le Club des cinq d’Enid Blyton, ce livre nous plonge dans une enquête palpitante où nous suivons ces quatre amis et leur fidèle compagnon à quatre pattes. Une histoire d’amitié et de mystère.

Couverture du livre «Grosse frayeur pour les apprentis détectives»

Enterrer la lune

Andrée Poulin & Sonali Zohra – éditions la courte échelle
Suggestion de la Librairie Pantoute

Chaque nuit, Latika veut enterrer la lune dont la lumière humilie les femmes de son village qui doivent se rendre de nuit aux champs de la honte pour faire leurs besoins. Dans son village, l’accès aux toilettes est difficile et les femmes en particulier en souffrent puisqu’elles sont plus à risque de contracter des maladies mortelles dues au manque d’hygiène. Malgré son jeune âge, Latika est consciente de cette injustice. C’est pourquoi, lorsqu’un ingénieur de la ville vient visiter son école, elle n’hésite pas à aborder cette importante problématique et d’y trouver une solution.

Pourquoi cette suggestion?
Avec ce roman en vers libres, magnifiquement illustré par l’artiste indienne Sonali Zohra, Andrée Poulin aborde un sujet tabou et pourtant d’une importance capitale : l’accès aux toilettes dans les pays défavorisés. À travers les yeux curieux de Latika, l’autrice aborde également les thématiques de la disparité sociale, de l’écart entre les privilèges hommes et femmes ainsi que l’importance de l’éducation des jeunes filles. Mais plus important encore, elle nous fait prendre conscience de la vague de changements qui peut se mettre en place lorsqu’une voix courageuse se lève face à la multitude.

Couverture du livre «Enterrer la lune»

Une classe de filles à l’école des gars

Maryse Peyskens – éditions Dominique et Compagnie
Suggestion du Centre de la francophonie des Amériques

La classe de cinquième année du Collège Notre-Dame-de-Bon-Courage a été endommagée par les flammes d’un violent incendie. Les filles doivent être relocalisées dans l’école la plus proche… L’école des gars! Cette nouvelle fait l’effet d’une bombe et les conflits ne tardent pas à éclater. La guerre des sexes est déclarée!

Pourquoi cette suggestion?
Ce roman pour jeunes est une invitation à réviser les stéréotypes liés au genre et à développer un regard plus inclusif des différentes identités qui constituent notre société.

Couverture du livre «Une classe de filles à l’école des gars»

Riel, patriote Père de la Confédération

Robert Freynet – éditions des Plaines
Suggestion du Centre de la francophonie des Amériques

L’intrigue et l’émotion sont au rendez-vous dans ce récit concis et authentique qui se déroule au XIXe siècle. Sur une toile de fond aux dimensions internationales, un homme se tient debout, un peuple se rallie, un pays est forgé. C’est la première partie d’une histoire vraie rendue vivante grâce à cette bande dessinée en deux tomes, richement documentée et empreinte d’humanité.

Pourquoi cette suggestion?
Cette bande dessinée aborde le thème historique du Canada de la Confédération à travers la figure de Louis Riel, fondateur de la province du Manitoba et l’un des Pères de la Confédération canadienne. L’auteur met en scène le drame tragique de la vie du controversé chef métis et son engagement pour la défense de l’identité et la nation canadienne.

Couverture du livre «Riel, patriote Père de la Confédération»

Le manuel de la Jungle

Olivier Copin, Joub Nicody – éditions Dupuis
Suggestion du Centre de la francophonie des Amériques

Deux auteurs de bande dessinée peuvent-ils survivre dans la jungle? Partis quelques jours en pleine forêt guyanaise avec deux copains baroudeurs, Joub et Nicoby font leur retour aux sources. Chasse, bivouac, cueillette, excursions et trouille bleue s’inscrivent au programme de ce reportage qui conduit nos deux auteurs au cœur d’une nature certes exubérante (et non sans danger pour le distrait), mais aussi de plus en plus menacée par l’homme et son exploitation déraisonnée des ressources.

Pourquoi cette suggestion?
Un récit exotique et complexe, traversé de problématiques très actuelles sur le statut de la vie sauvage dans un monde moderne qui lui laisse de moins en moins de place, et magnifié par la beauté de paysages saisis sur le vif.

Couverture du livre «Le manuel de la Jungle»

Planète soccer T1 – La compétition

François Bérubé – éditions Hurtubise
Suggestion du Centre de la francophonie des Amériques

Depuis toujours, Raphaël Rousseau est un fameux sportif. Il aime par-dessus tout le soccer et connaît de multiples succès comme joueur étoile des Titans de Rimouski.

Après avoir remporté une compétition régionale, son équipe obtient le privilège de participer à un tournoi international dans la ville de Québec. Les Titans affrontent des clubs venus du monde entier, entre autres de la France, de l’Italie et du Brésil. Au même moment, la famille de Raf déménage, bouleversant la vie du garçon. Pire encore, dès le début de l’année scolaire, il est pris en grippe par Jean-Seb, un élève de son école secondaire.

C’est durant la Coupe MSL, une compétition sportive entre les enseignants et les élèves, que Raf et Jean-Seb vont régler leurs comptes.

Pourquoi cette suggestion?
Ce roman permet aux jeunes adolescents, d’appréhender des sujets complexes de la vie par les thèmes de la passion pour le sport et de la gestion des rivalités entre jeunes.

Couverture du livre «Planète soccer T1 – La compétition»

Griffette sauve la forêt/Clawdy Saves The Forest

Jean-Claude Basque, illustrations d’Anne-Marie Sirois – éditions La Grande Marée
Suggestion du Regroupement des éditeurs franco-canadiens

Quand Griffette, la petite ourse, apprend qu’une bonne partie de la forêt va être coupée, elle rallie la communauté animale pour empêcher les méchantes machines de métal de détruire la forêt!

Pourquoi cette suggestion?
Parce qu’il faut agir et se tenir debout lorsqu’une situation nous tient à cœur, cette histoire démontre qu’en nous ralliant tous ensemble nous pouvons changer les choses. Un livre bilingue qui, par ses sympathiques personnages, sensibilisera les jeunes lecteurs à l’exploitation des ressources naturelles.

Couverture du livre « L’éléphant Plume et le rat Bougri »

Un géant dans la tête

Danielle Loranger – éditions Bouton d’or Acadie
Suggestion du Regroupement des éditeurs franco-canadiens

Malgré sa carrure précoce d’haltérophile et la vigueur de ses 16 ans, Matis est né hémophile et ne peut pas encaisser le moindre coup qui pourrait lui causer de graves hémorragies. Toutefois, la véritable blessure est familiale. Après un terrible accident, la mère de Matis est décédée et, depuis, son père a perdu le goût de sourire. Matis démontrera qu’il a du courage pour deux en entraînant son père à Terre-Neuve, la province natale de sa mère, où ensemble ils découvriront les pierres sur lesquelles se bâtir une nouvelle vie.

Pourquoi cette suggestion?
Une histoire douce et réconfortante qui, par ses images vives et colorées et ses mots rythmés, démontre que malgré des circonstances parfois difficiles il faut avoir le courage de s’engager dans une nouvelle aventure pour se retrouver. Un titre qui saura en inspirer plus d’un!

Couverture du livre « Un géant dans la tête »

12 et 13 ans

Quatre contre les loups

Sonia Sarfati & Lou Victor Karnas – éditions de l’Homme
Suggestion de la Librairie Pantoute

À Eastwood, le parc d’attractions abandonné, plus particulièrement sa maison hantée lugubre, est un endroit mythique. Depuis qu’un couple s’y est embrassé, il s’agit pour plusieurs habitants d’un endroit significatif pour officialiser les relations. Pas étonnant que la colère gronde lorsque le maire de la ville décide de détruire le parc d’attractions; utilisant comme raison supplémentaire que le terrain désaffecté est maintenant le repère du dangereux Wolfgang. Il n’en fallait pas plus pour que Miguel, Zack, Félix et Léonie décident d’unir leurs forces pour sauver ce lieu emblématique. Aidés de l’énigmatique Ma’Sherlie, les adolescents forment une vigile de super-héros pour protéger la ville et ses habitants dès la nuit tombée.

Pourquoi cette suggestion?
Alternant entre le texte et les planches de bande dessinée, Quatre contre les loups mélange habilement les genres et nous offre une histoire pleine de rebondissements. Tout en jouant avec les codes des comicbooks américains, le roman de Sonia Sarfati aborde des thématiques variées telles que l’amour, l’amitié et la vengeance. Mais plus important encore, ce groupe de super-héros nous prouve qu’il est possible de créer un mouvement de résistance pour contrer la manipulation politique.

Couverture du livre «Quatre contre les loups»

Mauvaise mine

Micheline Marchand – éditions L’Interligne
Suggestion du Regroupement des éditeurs franco-canadiens

Alain, 17 ans, habite avec sa famille à Rivière-la-Loutre, une communauté durement touchée par la fermeture de sa mine. La chance semble leur sourire lorsqu’un projet d’enfouissement de déchets est proposé. Les habitants doivent choisir entre le plein emploi et un environnement sain. Le choix est déchirant pour Alain. Doit-il combattre le projet pour gagner l’estime de Catherine, une militante environnementale qu’il aime, ou plutôt se ranger du côté de son père qui décroche un emploi avec Solutions 3000?

Pourquoi cette suggestion?
Lauréat du Prix du livre d’enfant Trillium en 2015, ce roman explore le thème de l’environnement et du bien-être collectif, mais surtout des choix déchirants que nous devons parfois faire et qui opposent certaines de nos valeurs. Une lecture plus qu’enrichissante.

Couverture de livre «Mauvaise mine»

Acadie, adieu!

Pierre Roy – éditions Hurtubise
Suggestion du Centre de la francophonie des Amériques

1755. Pour Marie-Lysandre, une jeune Acadienne, et Benjamin, un soldat anglais, c’est le coup de foudre au premier regard. Toutefois, l’heure est au chambardement : Marie-Lysandre voit son peuple brutalement délogé de ses terres par l’armée britannique. Tant sa famille que son entourage seront bouleversés par ce cruel exil. L’amour qu’elle éprouve pour Benjamin est cependant plus fort que tout. Avant d’espérer unir leurs destinées, nos deux héros devront affronter un long périple, de l’Acadie à la Louisiane, en passant par les Carolines, l’Angleterre et la France.

Pourquoi cette suggestion?
À travers les yeux de Marie-Lysandre et de Benjamin, nous découvrons la Déportation des Acadiens et les profondes perturbations qu’elle a provoquées. Une sensibilisation au vécu des peuples francophones du Canada au temps de l’installation britannique.

Couverture du livre «Acadie, adieu!»

16 ans et Patriote

Sylvie Brien – éditions Bayard Canada
Suggestion du Centre de la francophonie des Amériques

Le 27 juillet 1837, la vie de Marc Campbell, un adolescent de 16 ans habitant à Pointe-aux-Trembles, change pour toujours alors qu’il joint officiellement les rangs des Patriotes. Témoin important des événements qui mèneront aux Rébellions de 1837-1838 dans le Bas-Canada, Marc est incarcéré le 28 janvier 1838, à la prison au Pied-Du-Courant. Isolé des 500 autres Patriotes qui y sont emprisonnés, le garçon angoisse, persuadé qu’il sera bientôt pendu et qu’il ne reverra plus sa famille ni la belle Marie Bazinet.Témoin important des événements qui mèneront aux Rébellions de 1837-1838 dans le Bas-Canada, Marc est incarcéré le 28 janvier 1838, à la prison au Pied-Du-Courant. Isolé des 500 autres Patriotes qui y sont emprisonnés, le garçon angoisse, persuadé qu’il sera bientôt pendu et qu’il ne reverra plus sa famille ni la belle Marie Bazinet.

Pourquoi cette suggestion?
Ce récit nous plonge dans l’histoire de l’engagement d’un jeune homme à la défense de l’identité et des idéaux de sa patrie.

Couverture du livre «16 ans et Patriote»

Alerte à Richibouctou

Roland Daigle – éditions Bouton d’or Acadie
Suggestion du Regroupement des éditeurs franco-canadiens

Pendant la Seconde Guerre mondiale, alors que John et son oncle Fred partent à la pêche à l’éperlan, ils voient un avion militaire s’écraser et un parachute s’envoler… En pleine nuit, alors que la tempête fait rage, ils sont capturés par le capitaine Otto Von Muller, qui les oblige à le conduire au phare de Richibouctou. Mais son message radio envoyé à un sous-marin allemand sera intercepté par une corvette canadienne… Réussiront-ils à se libérer du joug du capitaine? L’Acadie restera-t-elle une terre libre de la menace nazie?

Pourquoi cette suggestion?
Parce qu’on se retrouve parfois dans des situations qu’on ne voulait pas, nous devons tout de même agir et s’engager pour le bien de tous. Cette bande dessinée nous ramène à une autre époque pour nous faire vivre une aventure enlevante.

Couverture du livre «Alerte à Richibouctou»

Parvana – Une enfance en Afghanistan

Deborah Ellis – éditions des Plaines
Suggestion du Regroupement des éditeurs franco-canadiens

Parvana, 11 ans, habite avec sa famille dans la capitale de l’Afghanistan. Son père, auparavant enseignant, travaille désormais au marché où il lit des lettres aux gens qui ne savent ni lire ni écrire. Un jour, on l’arrête sous prétexte qu’il a fait des études à l’étranger. La famille de Parvana se retrouve sans personne pour gagner de l’argent. Rapidement, une seule solution semble possible, Parvana se déguisera en garçon pour subvenir aux besoins de sa famille.

Pourquoi cette suggestion?
Parce qu’il est important que les jeunes soient au courant des inégalités qui ont lieu encore à ce jour dans d’autres pays, ce roman saura mettre un nom et un visage sur une situation malheureusement réelle. Par des dialogues francs et vifs, nous plongeons rapidement dans cette aventure où nous suivons le destin de Parvana qui doit s’engager pour le bien-être de sa famille.

Couverture du livre « Parvana – Une enfance en Afghanistan »

14 et 15 ans

La balade de Jo et Alicia

Christine Bertrand – éditions Leméac
Suggestion de la Librairie Pantoute

Jo, seize ans, a abandonné l’école. Assis toute la journée sur le divan du sous-sol de ses parents, il tente de savoir qui il est et ce qu’il veut faire de sa vie. Poussé par l’ultimatum de ses parents exaspérés de le voir se morfondre, il décide de quitter le nid familial pour voler de ses propres ailes. Mais la vie est rude lorsqu’on a pas de plan pour la suite et plus un sou pour acheter un paquet de ramens séchés. Heureusement pour lui, il décroche un stage à la maison de retraite la Bohème. Dans ce milieu inusité, il fera la connaissance d’Alicia, une vieille dame atteinte de démence. Il en profite pour savourer les petits riens du quotidien en compagnie de cette grande dame qui lui permettra de découvrir tout le potentiel qui sommeille en lui.

Pourquoi cette suggestion?
Humour et tendresse se mélangent habilement dans ce roman dont l’intrigue se tisse autour d’une amitié intergénérationnelle qui lit un jeune garçon de seize ans et une vieille dame. Deux âmes qui se rencontrent juste au bon moment, au détour du chemin. Ce sixième roman de l’autrice Christine Bertrand aborde des thématiques telles que l’empathie, les relations familiales et intergénérationnelles, l’acceptation de soi et des autres. Ou comment quelquefois le simple fait de tendre la main vers l’autre peut être la meilleure des bouées de sauvetage.

Couverture du livre «La balade de Jo et Alicia»

Bleuets et abricots

Natasha Kanapé Fontaine – éditions Mémoire D’Encre
Suggestion du Centre de la francophonie des Amériques

Un cri s’élève en moi qui me transfigure. Le monde attend que la femme revienne au monde comme elle est née telle qu’elle est : femme naissance, femme droite, femme debout, femme puissante. Femme résurgence. Renaissance. Un appel s’élève en moi et j’ai décidé de lui dire oui. Dire oui à ma naissance. Assumer en mon esprit les mémoires qui émergent en même temps que la voix des femmes autochtones se dressent au-dessus de la noirceur ambiante.

Pourquoi cette suggestion?
Un recueil de poésie qui plonge le lecteur dans la réalité de la vie des femmes autochtones auxquelles Natasha Kanapé Fontaine rend hommage et souligne la beauté et force.

Couverture du livre «Bleuets et abricots»

Junk City

David Baudemont – éditions de La nouvelle plume
Suggestion du Regroupement des éditeurs franco-canadiens

Raphaël, 13 ans, passe son temps sur les jeux vidéo. Avec sa meilleure amie Michelle, alias Pierrotdenuit, il explore Junk City, un jeu de recyclage de déchets urbains. Pendant que certains tentent de dévoiler qui se cache derrière ce pseudonyme, Raphaël protège l’identité de son amie. À la maison, la tempête menace avec son père et, comme par hasard, la mer choisit ce moment pour se déchaîner elle aussi.

Pourquoi cette suggestion?
Parce qu’il existe divers moyens de s’engager, et ce, même par le biais des jeux vidéo ! Les jeunes lecteurs se retrouveront dans cet univers où l’amitié, la famille, l’école, l’environnement et l’intimidation se côtoient.

Couverture du livre «Junk City»

Sylvianne aux couleurs du corbeau

Janine Tougas – éditions Apprentissage illimité
Suggestion du Regroupement des éditeurs franco-canadiens

Sylvianne croit qu’elle est une des rares à l’école Sainte-Rita au Manitoba à ne pas avoir de sang métis. À 16 ans, la séparation de ses parents fait qu’elle se retrouve aux Maritimes. Là, elle est exposée aux traditions mi’kmaq et à la présence du corbeau dans maintes cultures indigènes. Sylvianne s’engage alors dans sa lignée ancestrale où des découvertes surprenantes l’attendent. Elle y découvrira le pouvoir guérisseur de l’artiste qui contribue à une conscience collective de compassion.

Pourquoi cette suggestion?
Parce que comprendre d’où l’on vient permet parfois de mieux savoir où l’on va, cette histoire allie à merveille l’histoire des Premières Nations et les questionnements propres à l’adolescence.

Couverture du livre «Sylvianne aux couleurs du corbeau»

Ski, Blanche et avalanche

Pierre-Luc Bélanger – éditions David
Suggestion du Centre de la francophonie des Amériques

Un jeune homme, Cédric Poitras, accumule les mauvais coups depuis son entrée au secondaire : cours séchés, vols à l’étalage, alcool… rien ne semble l’arrêter. À bout de nerfs, ses parents l’expédient chez son grand-père paternel, propriétaire d’un centre de ski en Colombie-Britannique, le mont Renard. Là, son aïeul ne lui épargne aucune tâche, en plus de l’obliger à passer ses soirées sur Internet pour obtenir son diplôme. Bientôt, il s’intéresse, malgré lui, à la bonne marche de la station et aux mystérieux problèmes qui s’y manifestent depuis peu. Avec l’aide de ses amis, Chuyên, Tantine Jé, Stanislas et Blanche, la jolie monitrice, il aidera son grand-père à affronter la menace qui plane sur la montagne.

Pourquoi cette suggestion?
Pierre-Luc Bélanger livre ici une histoire pleine de péripéties et de rebondissements sous fond de la quête d’identité du jeune protagoniste, aidé par ses proches.

Couverture du livre «Ski, Blanche et avalanche»

Les voyages de Merry Sisal

Gisèle Pineau – éditions Le Mercure de France
Suggestion du Centre de la francophonie des Amériques

En Haïti, Merry élève seule ses deux enfants, Tommy et Florabelle – six et quatre ans. Quand le terrible séisme du 12 janvier 2010 frappe Port-au-Prince, Merry doit quitter sa terre natale dévastée : elle laisse derrière elle ses deux enfants adorés qu’elle compte revenir chercher très vite. Après une traversée homérique, elle rejoint des compatriotes sur l’île de Bonne-Terre. Là, elle est rapidement embauchée par Anna et Raymond, un couple de Français qui habite sur le Morne d’Or, où vit une communauté de Blancs nantis venus de France, et totalement isolée du reste de l’île.

Pourquoi cette suggestion?
Un récit empreint de la force et de l’espoir de Merry, engagée dans un combat contre les adversités et sur le chemin des retrouvailles avec ses enfants.

Couverture du livre «Les voyages de Merry Sisal»

16 ans et plus

La fille de la forêt

Charlotte Gingras – éditions la courte échelle
Suggestion de la Librairie Pantoute

Avril n’a que 16 ans lorsque sa mère meurt et qu’un travailleur social vient la déraciner de sa forêt sociale pour la déposer dans un environnement urbain bétonné. Mais le changement est trop brusque pour Avril qui n’hésite pas à s’enfuir. Au hasard des rues, elle fera la rencontre d’Erik, jeune bum de 16 ans, de Florence, jardinière casseuse de bitume, et d’un travailleur social, David. Ensemble, ils tenteront de sauver le projet fou d’un jardinier utopique: une forêt en plein cœur de la Citée.

Pourquoi cette suggestion?
Dépoussiéré à l’occasion d’une toute nouvelle édition par la courte échelle, le texte écrit en 2005 par Charlotte Gingras n’a pas pris une seule ride. Toujours d’actualité, les aventures de ce groupe unique célèbre la marginalité et les grands élans citoyens. La fille de la forêt est une ode aux changements possibles lorsqu’une communauté a le courage de se rassembler autour d’un idéal commun. Il s’agit d’un texte important et d’une lecture qui vous donnera envie de faire bouger les choses.

Couverture du livre «Fille de la Forêt »

Le livre d’Emma

Marie-Célie Agnant – éditions Nouvelle Edition
Suggestion du Centre de la francophonie des Amériques

L’Emma du livre, c’est une femme incandescente à la peau si noire qu’on la croirait bleue, bleue comme ces océans sans horizon qui l’obsèdent tant. Internée dans un hôpital psychiatrique à Montréal et accusée du meurtre de sa fille, Emma n’acceptera de confier ses récits qu’à Flore, son interprète, cette « négresse ratée » qu’elle surnomme Poupette. Elle lui racontera comment la folie s’est emparée des femmes de sa lignée et remontera le fil de l’histoire, jusqu’aux bateaux négriers et aux plantations.
Le livre d’Emma n’est pas un simple roman. C’est un long chant de colère et de détresse, un blues digne de Billie Holiday, à la fois langoureux et violent, fielleux et mélancolique, un diamant de poème plus noir que la nuit.

Pourquoi cette suggestion?
A travers ce récit tout en poésie, Marie-Célie Agnant invite ses lecteurs à remonter le temps et à se remémorer ces femmes et hommes noirs, arrachés à leurs terres pour mener une vie de labeurs et injustices de l’autre côté de l’océan.

Couverture du livre «Le livre d’Emma»

Otages de la nature

Daniel Marchildon – éditions David
Suggestion du Regroupement des éditeurs franco-canadiens

Alex, 17 ans, accompagne sa mère, une auteure compositrice anishnabée, dans sa ville natale à Rivière-Ahmic où elle compte relancer sa carrière grâce à un spectacle pour la protection de l’environnement. Les événements ne se passent toutefois pas comme prévu et forcent Alex et sa mère à prolonger leur séjour dans une communauté déchirée par de vives tensions entre les écologistes et les bûcherons.

Pourquoi cette suggestion?
Cette histoire enlevante plongera les lecteurs dans la communauté autochtone anishnabée et leur fera découvrir certains enjeux environnementaux. Un roman qui, par ses dialogues francs et ses péripéties inattendues, vous tiendra en haleine.

Couverture du livre «Otages de la nature»

Le coeur à rire et à pleurer

Maryse Condé – éditions Robert Laffont
Suggestion du Centre de la francophonie des Amériques

Dans la Guadeloupe des années cinquante, on tient son rang en se gardant de parler créole; on méprise plus noir et moins instruit que soi. Les conventions priment les sentiments : on ne cède pas aux larmes devant le cadavre d’un être cher; on cache, infamie, un divorce dans la famille. Contre des parents qui semblent soudés surtout par le mensonge, contre une mère aussi dure avec les autres qu’avec elle-même, contre un père timoré, la petite Maryse prend le chemin de la rébellion. L’insoumission, la franchise assassine, l’esprit critique forgent son caractère. La fuite dans un monde imaginaire, la soif de connaissance, les rêves d’autonomie et de liberté la guident vers son destin d’écrivain. Mais peu à peu la mémoire adoucit les contours, les épreuves de la vie appellent l’indulgence, la nostalgie de l’âme caraïbe restitue certains bonheurs d’enfance. .

Pourquoi cette suggestion?
Ce récit autobiographique de la guadeloupéenne Maryse Condé révèle son engagement envers elle-même face aux épreuves de la vie et les souvenirs de son enfance.

Couverture du livre «Le coeur à rire et à pleurer»

Manikanetish

Naomi Fontaine – éditions Mémoire d’Encrier
Suggestion du Centre de la francophonie des Amériques

Une enseignante de français en poste sur une réserve innue de la Côte-Nord raconte la vie de ses élèves qui cherchent à se prendre en main. Elle tentera tout pour les sortir de la détresse, même se lancer en théâtre avec eux. Dans ces voix, regards et paysages se détachent la lutte et l’espoir.

Pourquoi cette suggestion?
Plongés dans cet ouvrage, les lecteurs partent à la découverte de la réalité des Innus dans leur quête d’identité. Passionnée par son métier, la jeune enseignante porte assistance à ses élèves en les accompagnant dans de moments difficiles.

Couverture du livre «Manikanetish»

Amphibien

Carla Gunn, traduction de Myriam Legault – éditions Prise de parole
Suggestion du Regroupement des éditeurs franco-canadiens

Phin, 9 ans, a une connaissance encyclopédique du règne animal et de la nature, le sort de la planète le préoccupe au plus haut point. Quand son institutrice introduit un nouvel « animal de compagnie » dans la classe, une rainette de White de l’Australie, emprisonnée dans un aquarium, il ne peut plus se retenir. Lui et son meilleur ami Bird doivent agir.

Pourquoi cette suggestion?
Ayant reçu de nombreux éloges, ce roman exprime à merveille l’engagement d’un jeune pour une cause qui lui tient particulièrement à cœur : la faune et la nature. Mettant de l’avant la voix du jeune protagoniste, ce roman nous amène dans une aventure abracadabrante ou le rire se mêle à l’engagement social.

Module image

Pourquoi pas?

Mylène Viens – éditions David
Suggestion du Regroupement des éditeurs franco-canadiens

Atteinte de dystrophie musculaire, Myriam décide, après avoir fini son secondaire, de déployer ses ailes et de prendre son envol. Bousculée par son pneumologue qui lui demande abruptement « Veux-tu vivre ? », elle se dit qu’elle ne peut plus attendre pour réaliser le voyage dont elle rêve depuis si longtemps. Avec son vieux chauffeur d’autobus, Mike, son amie Élizabeth et un copain, Scott, elle quitte pour la première fois le nid familial en direction de Québec pour enfin savourer sa liberté et repousser ses limites. Entre un bris mécanique et un saut en parapente, Myriam apprendra à composer avec sa vie, certes différente, mais combien savoureuse.

Pourquoi cette suggestion?
Parce que la fin du secondaire représente un moment clé dans la vie, les jeunes lecteurs se reconnaitront dans cette soif d’aventures et de liberté. Parce que peu importe notre situation nous avons tous les mêmes désirs et besoins, plongez dans cette histoire de road trip et d’amitiés.

Couverture du livre «Pourquoi pas?»